DÉPUTÉ
EN ACTION
AU PARLEMENT EUROPÉEN
"GÖTTINGEN" DE BARBARA

En ce mois de novembre 2014, où se déroulent de nombreuses commémorations de la fin Première Guerre mondiale, je saisis l'opportunité pour ouvrir et vous faire partager la nouvelle rubrique du site internet : "Cultivons notre Europe".


Cette rubrique sera l'occasion pour moi de faire découvrir et partager mon engagement européen.


Lors de mes rencontres, de mes campagnes électorales, de mes discussions privées, j'ai souvent l'occasion de remarquer que le lien entre l'Europe et ses citoyens est ténu. J'ai, en tant qu'homme politique, l'ambition de participer à la consolidation de ce lien. Cependant, j'ai également la modestie de penser que la politique, seule, ne peut participer à ce difficile défi. Cette rubrique sera alors la vitrine de mes goûts, de mes clins d'œil, de mes coups de cœur qui ont fait et qui font de moi un européen convaincu.

De retour d'un weekend dans le Bade-Wurtemberg, j'ai eu l'honneur de participer à une cérémonie du souvenir avec la ville de Murrhardt, jumelée avec Château-Gontier depuis 1966. Lors cette rencontre franco-allemande, je me suis permis d'emprunter à Barbara le refrain de sa magnifique chanson "Göttingen" afin d'exprimer l'émotion qui m'envahissait à cette occasion.

"Que jamais ne revienne, le temps du sang et de la haine, car il y a des gens que j'aime à Murrhardt, à Murrhardt"

Certes ma rime est moins riche que celle de Barbara, mais mon sentiment est sincère. À l'écoute des paroles de cette chanson, on ne peut oublier le parcours de cette chanteuse. Quand en 1964, la ville Göttingen l'invite pour se produire devant un large public, ses souvenirs de jeune fille juive se cachant pour éviter les rafles remontent alors à la surface. Malgré une distance naturelle, Barbara rencontre, lors de ce séjour, les professeurs de la célèbre université Georg-August de Göttingen, où 42 Prix Nobel ont enseigné ou étudié. Elle visite le musée des frères Grimm. Et se rappelle ainsi que les "contes de notre enfance, il était une fois, commencent à Göttingen" et surtout que "les enfants sont les mêmes à Paris comme à Göttingen". À ce moment-là, les idées se bousculent dans sa tête, et en fin de semaine Barbara interpréta cette chanson devenu l'un des hymnes de la réconciliation franco-allemande et qui sera en 2002 inscrite au programme des classes primaires allemandes : "Göttingen".

Je veux partager ce moment avec vous

Jean Arthuis