DÉPUTÉ
EN ACTION
À L’UDI
© En Marche
MESSAGE À MES AMIS CENTRISTES

Chers amis,

La Primaire dite de la Droite et du Centre vient de désigner François Fillon comme candidat pour l’élection à la Présidence de la République du printemps prochain. Il est le candidat de la Droite.Je reconnais que son programme économique est sérieux et courageux. En revanche, sa conception de l’Europe me déconcerte. François Fillon n’a pas de projet démocratique et politique pour l’Europe. Il souhaite la laisser dans la main des diplomates et mettre la souveraineté nationale, et donc le veto, au cœur du système, condamnant le continent à l’inefficacité et à l’inertie. Au fond, je le soupçonne de s’en tenir à l’Union européenne telle qu’elle est aujourd’hui, c’est à dire une addition d’égoïsmes nationaux, un simulacre d’Europe vouée à l’impuissance. 

Après avoir regretté la décision UDI de ne pas participer à cette consultation électorale, j’avoue ne pas avoir compris les motifs d’engagement du parti en faveur de l’un des candidats Les Républicains. Au demeurant, je doute que ce ralliement lui ait été utile. N’ayant pas pris part au scrutin de la Primaire, je revendique ma liberté pour que les valeurs de notre famille de pensée soient défendues dans la campagne à venir.

Je souhaite soutenir un candidat qui porte l’ambition, grâce à l’Europe, de nous redonner notre souveraineté face aux défis de la mondialisation, qui place l’humanisme, la liberté et la responsabilité au cœur de son projet, qui nous libère du clivage clanique « Droite-Gauche » et des corporatismes de tous ordres. En conséquence, j’ai décidé de me mettre En Marche et de rejoindre Emmanuel Macron. Lors de nos entretiens, avant et après sa démission du gouvernement, j’ai acquis la conviction que sa philosophie et sa vision sont les plus en phase avec notre identité et nos valeurs.

Dans les semaines à venir, je vous proposerai une rencontre avec lui. Il aura ainsi l’occasion de réagir par rapport à notre manifeste centriste « Libres et responsables », adopté en février. Sa candidature doit enrichir le débat et enclencher la rénovation tant attendue de la vie politique.


Restant à votre écoute, je vous prie de croire, Chers Amis, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs

Jean Arthuis

Château-Gontier, le 1er décembre 2016