DÉPUTÉ
EN ACTION
DANS LE GRAND OUEST
© PC
DÉPLACEMENT À VANNES


Hortense Le Pape, maire-adjointe à la mairie de Vannes et présidente de l’Alliance centriste du Morbihan nous a fait le plaisir d’organiser le vendredi 20 janvier dernier un déplacement à Vannes. Au programme de cette journée chargée : des acteurs économiques de niche, de la formation professionnelle prestigieuse et des rencontres militantes. En voici quelques temps forts.

 

  • Multiplast

Nous rencontrions dès notre arrivée à Vannes les dirigeants de la société Carboman, dont la volonté de ses fondateurs a été il y a plus de 35 ans de construire un groupe leader dans le domaine des matériaux composites. Aujourd’hui l’excellence du métier, la performance des procédés et l’expertise lui valent aujourd’hui le label « Entreprise du Patrimoine Vivant ». Le groupe compte près de 110 salariés, réunis sur le site de Vannes, qui intègre en son sein un centre de formation afin de permettre une transmission et à un approfondissement en interne du savoir-faire. Les échanges de la matinée allaient justement débuter sur la problématique de la formation en France et les « effets de seuils » dans les PME.

Dominique Dubois est le président-directeur général de Carboman, et Jean-Claude Schopef, son directeur général en charge des opérations. Autour de la table se trouvaient également Yann Penfornis, directeur général de la principale filiale du groupe, la société Multiplast ou encore Marion Excoffon, fondatrice d’une société voisine, Tiwal.

Tous sont des entrepreneurs, des porteurs de projet, et tous mettent en évidence, à leur échelle des obstacles et des entraves à l’activité et à son accroissement qui ne cessent de se multiplier : fiscalité, complexité dans l’accès aux subsides publics, instabilité normative, carcan législatif, etc. Par ma présence j’ai tenté d’apporter quelques explications sans pour autant les rassurer : il est vrai que les fonds européens sont devenus inaccessibles. Les collectivités comme les entités privés ont de plus en plus de difficulté à en bénéficier. Même pour des groupes de leur importance, cela relève de la véritable ingénierie. Alors même que Carboman et ses filiales développent en interne une R&D importante et génèrent de l’investissement en permanence. Multiplast par exemple, a fait le choix de l’innovation en investissant sans cesse dans de nouvelles solutions technologiques afin de développer de nouveaux procédés de matériaux composites. C’est ainsi que la société est devenue le fleuron européen du bateau de course au large, avec un palmarès de bateaux incroyable : 5 trophées Jules Verne ; 2 Volvo Ocean Race ; et quelques Vendée Globe.
 
Un secteur d’activité de niche, dynamique et prospère, qui emploie localement une main d’œuvre expérimentée, convoitée, dont la performance technologique profite aujourd’hui à des groupes comme Thalès (construction de radars de surveillance, de cabines de radiotélescope, etc.), Airbus, Avantis ou même Bouygues Construction. J’ai été fier de faire leur connaissance. Qu’ils soient assurés de mon engagement le plus total.

  •  ICAM de Vannes

Etienne est un jeune homme épanoui. Désormais cadre au sein de la société « Diana food », il a commencé il y a quelques années comme élève au sein de l’école « ICAM ». Il nous a conté son parcours prestigieux et la réussite dont il a pu bénéficier grâce à une formation initiale d’excellence entre cursus académique et alternance professionnelle.

Créée en 1898, l’Institut catholique des arts et métiers a formé, réparti sur 6 sites en France et 3 sites à l’étranger près de 4000 élèves, apprentis, et stagiaires ainsi que pas moins de 11500 ingénieurs. Forte d’une expérience de plus de 120 ans et d’un ancrage solide dans les tissus économiques et sociaux bretons et français, l’ICAM est la preuve d’une adéquation parfaite entre la transmission du savoir par des canaux académiques et l’acquisition de compétences et d’un savoir-faire par l’apprentissage et l’immersion en milieu professionnel.

En outre, l’école, et ses étudiants présents en nombre en ont témoigné, place la mobilité internationale de ses élèves, apprentis et futurs ingénieurs au cœur de sa formation académique, comme le gage d’une meilleure insertion et d’une plus grande résilience face aux aléas futurs de la vie professionnelle.
Chacun des diplômés de l’ICAM est aujourd’hui la preuve de la réussite d’une formation tournée vers le monde, où la mobilité œuvre de concert avec l’enseignement académique, pour former la jeunesse de demain ! Je remercie très sincèrement l’équipe dirigeante et pédagogique de l’établissement de m’avoir permis de faire une telle rencontre.
 

  • Tiwal

C’est au détour d’un parc d’activités à l’extérieur de Vannes que j’ai fait la rencontre de Marion Excoffon, fondatrice, avec son mari, de la société « Tiwal ». L’entreprise a créé et commercialise aujourd’hui le seul voilier gonflable qui « passe par la cheminée ». Plus concrètement, le Tiwal est un dériveur polyvalent. Ludique, stable et très maniable, le bateau est né dans l’esprit de Marion il y a quelques années.

Aujourd’hui elle inaugure l’exportation de ses premiers bateaux vers les Etats-Unis ainsi que l’ouverture d’une succursale là-bas. La passion de Marion pour la voile et son esprit d’entreprendre l’ont poussé vers cette aventure. Périlleuse, c’est la réussite qui caractérise désormais l’activité de l’entreprise. Avec ses 6 collaborateurs et son mari, président de la société, Marion entend désormais élargir ses horizons, par la conception d’un nouveau bateau et l’ouverture de nouveaux marchés pour son Tiwal. Bon vent !