DÉPUTÉ
EN ACTION
DANS LE GRAND OUEST
© PC
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA MSA MAYENNE-ORNE-SARTHE

Le 27 juin dernier, à Mortagne-au-Perche (61), la Mutualité sociale agricole tenait son assemblée générale annuelle en présence de sa présidente, la Mayennaise Georgette Rousselet et du président de la caisse centrale Pascal Cormery.

Sur fond de crise agricole durable, dans toutes les filières, les revenus des agriculteurs connaissent leur plus bas niveau depuis quelques décennies. Une situation sensible à laquelle la MSA s’était préparée, ou presque. L’année 2016 tout juste clôturée, on s’attend à des déclarations fiscales calamiteuses au point d’estimer que près de 50% des agriculteurs passeront sous la barre des 350€ de revenu par mois. Effet crise encore, le nombre de demandeurs de la prime d’activité a explosé. 254 000 demandes de prime d’activité ont été comptabilisées en juin 2017, soit une hausse de 66 % par rapport à juin 2016 : 153 000 demandes avaient été enregistrées.

La présidente Rousselet dressait en fin de matinée le bilan moral de sa caisse. Elle constate que la crise perdure et s’installe : entre 2012 et 2015, les revenus des exploitants au réel ont chuté de 51 %. Le département de l’Orne est le plus touché avec - 62 %, suivi par la Sarthe (-50 %) et la Mayenne (- 44 %). La situation a fait grimper de 33,5 % le nombre de bénéficiaires du RSA (Revenu de solidarité active). Dans les trois départements, 4 352 exploitants ont bénéficié l’an passé de l’enveloppe exceptionnelle du plan de soutien à l’élevage. Soit 2 876 000 euros d’aides.

Plus aucune filière n’est épargnée. Plus aucune exploitation. Le bilan annuel de la MSA Orne-Mayenne-Sarthe nous rappelle donc à nos responsabilités : assurer un revenu équitable à nos agriculteurs par l’assurance d’un juste prix payé. L’Europe doit agir.