DÉPUTÉ
EN ACTION
DANS LE GRAND OUEST
JEAN ARTHUIS AUX CÔTÉS DES LYCÉENS D'AVESNIÈRES (53) SUR LES TRACES DE MANN + HUMMEL

Une cinquantaine de lycéens d’Avesnières ont visité, hier, le site de l’entreprise, à Louverné. Ils ont également présenté des travaux réalisés en cours d’allemand sur la Grande Guerre.

L’histoire

L’année dernière, le lycée privé d’Avesnières s’est lancé dans un partenariat avec l’entreprise franco-allemande Mann + Hummel, dont une filiale est installée à Louverné. Les élèves avaient visité le site de production de cette entreprise spécialisée dans la fabrication de pièces pour les automobiles.

Le jeune soldat Mann

Cette année, le partenariat a été approfondi, grâce à la complicité naissante entre Anne Laurin, assistante de direction de Mann + Hummel et la professeur d’allemand, Valérie Rouland-Kobel. La première a montré à la seconde des lettres écrites pendant la première Guerre mondiale par un soldat, quand il était au front, Adolf Mann. Le jeune homme n’est autre que l’un des fondateurs de l’entreprise.

Lues par un comédien et rassemblées sur un CD, ces lettres constituent un formidable support pédagogique, selon la professeur d’allemand qui décide de les étudier avec ses élèves. « De plus, cela résonnait avec l’actualité du centenaire de la Première Guerre mondiale », relève-t-elle.

Depuis janvier, ce partenariat avec Mann + Hummel et les lettres du soldat ont inspiré les élèves. Ce jeudi, leurs nombreux travaux ont été présentés lors d’une journée de visite à l’entreprise : un article sur Adolf Mann, un exposé sur une entreprise allemande, la projection d’un film…

« Ils se sont surpassés »

« En retraçant la période de 1918 à nos jours, nous avons pu aborder des sujets aussi transversaux que la paix, la mobilité ou l’économie », explique la professeur, tout en exprimant sa fierté et sa joie de constater des progrès chez ses élèves. « Et pas qu’en langue ! Aussi en autonomie. Leur intérêt les a amenés à se surpasser. »

Les élèves ont même spontanément proposé de prendre des photos, filmer… Pour garder une trace de cette journée qui concrétisait des mois de travail, en présence de l’eurodéputé Jean Arthuis et de Thomas Fischer, président du conseil d’administration et de surveillance du groupe mais surtout, petit-fils d’Adolf Mann.

Eva, 17 ans, en 1re ES a encore plus envie « d’apprendre l’allemand pour trouver du travail plus tard ». Même son de cloche du côté de Nathan, 16 ans et en 1re ES aussi. « J’étais content de voir qu’une entreprise comme Mann + Hummel compte sur nous et ait aussi quelque chose à nous apporter. » « Voir que, même en Mayenne, il y a de l’emploi ouvert sur l’Europe, c’est encourageant », estime pour sa part, Théo, 16 ans.

(Propos recueillis pour Ouest France, le 1 juin 2018, par Laura BAYOUMY)