© JBV NEWS AGENCY

Accueil


Jean Arthuis bataille depuis plusieurs années pour ouvrir l'Europe aux apprentis et en 2016, celui-ci a convaincu la Commission européenne de mettre en place un projet pilote de financement destiné aux CFA. Pour le député européen, des parcours de formation en apprentissage à vocation internationale doivent contribuer à « tourner la page de l'apprentissage de seconde zone, en lui donnant les mêmes atouts que les parcours de formation proposés par les universités et les grandes école ».

36 centres de formation de 12 pays européens, fédérés par les Compagnons du Devoir et du Tour de France sous la bannière Euro App', ont bénéficié du projet, qui a été reconduit en 2017. Il a permis à 80 jeunes de poursuivre leur formation en alternance pendant 6 à 12 mois ans un autre pays que le leur ; 40 français sont partis dans un autre pays européen et 40 européens ont été accueillis en France. Le secteur de l'hôtellerie/restauration a été le plus représenté, suivi par la boulangerie/pâtisserie. Même si les objectifs 'en nombre' du projet n'ont pas été atteints – plus de 200 sur les deux années – des départs sont encore prévus jusqu'à la rentrée prochaine. Un premier bilan du travail effectué a été présenté lors d'une rencontre chez les Compagnons du devoir, en présence de la ministre du travail, Muriel Pénicaud et de Jean Arthuis.

Premiers constats

Les « apprentis sont avides de découvrir le monde tout autant que les étudiants. Les apprentis d'Euro App' tordent le cou à une supposée capacité de se former à l'étranger qui serait réservée aux étudiants de l'enseignement secondaire ». Les jeunes français participant au programme sont en CAP, Bac Pro ou BP. « Les obstacle à la mobilité longue des apprentis sont encore plus nombreux que les centres de formation n'avait osé l'imager. Pas moins de 60 freins majeurs dénombrés » comme « l'illégalité dans certains pays d'accueillir des apprentis qui ne suivent pas les 2 ou 3 années complètes du cursus de formation ». Mais « en dépit d'un contexte peu favorable, des employeurs ont joué le jeu, que ce soit pour laisser partir leurs apprentis ou pour accueillir ».  Les propositions faites par Jean Arthuis en France pour lever les freins sont en bonne voie, semble-t-il, que ce soit sur la responsabilité de l'employeur ou l'adaptation des contrats.

Création d'une bourse Erasmus Pro en test sur 3 ans

La Commission européenne a décidé d'intégrer Euro App' dans ses programmes, en accordant une enveloppe de 400 millions d'euros pour des bourses intitulés Erasmus Pro, réservées à 50 000 apprentis qui souhaiteraient partir plus de 3 mois pour 2018, 2019 et 2020. De son côté, Jean Arthuis a pris son bâton de pèlerin pour faire le tour des capitales européennes, afin de convaincre les états membres des « puissants vecteurs que sont l'apprentissage et la mobilité pour endiguer le chômage des jeunes ».

Sylvie Soubes
    

L’EUROPE EST NOTRE AVENIR

« Les hommes politiques pensent à la prochaine élection quand les hommes d’Etat pensent à la prochaine génération » faisait si justement remarquer l’Italien Alcide de Gasperi au lendemain de la guerre. C’est parce que nous pensons aux générations futures que nous sommes les activateurs de l’Union européenne. Arrêtons de regarder vers le passé, le futur, c’est notre jeunesse, et c’est aujourd’hui ! 

 

L’EUROPE EST NOTRE VOCATION

L'Europe doit mettre des étoiles dans le regard de nos enfants. Elle ne se construit pas contre les nations qui la composent mais préserve l’effectivité de leurs prérogatives de souveraineté. Chassons les peurs et les angoisses qui obscurcissent nos esprits. Chaque Etat membre est un atout pour l’Europe. Saisissons cette chance pour la France. L’avenir est entre nos mains.

L’EUROPE EST NOTRE QUOTIDIEN

Oui, l'Europe reste pour nous la plus belle aventure politique des temps modernes, le seul exemple connu d’une union d’États et de peuples qui n’ait pas été réalisée par la force, mais par le droit. L’attribution à l’Union européenne du Prix Nobel de la Paix est à cet égard la plus belle reconnaissance de l’œuvre accomplie. Il importe désormais de donner à l’Europe les moyens de son ambition.

#libra, projet de cryptomonnaie de Facebook est un nouveau défi pour les régulateurs nationaux, cible l’emblème de… https://t.co/fPZTKzKCcW
8 Retweets
14 Favoris
5 Heures
En 🇫🇮 l’apprentissage est l’une des voies du système éducatif. La réforme privilégie la décentralisation, flexibili… https://t.co/bXFYpaE6JY
16 Retweets
26 Favoris
4 jours
RT @Anni Siltanen: Thank you @Rasmus @Kemira Group for showing the link between sustainability and education! It is vital we keep up t…
3 Retweets
0 Favoris
4 jours
DÉPUTÉ
EN ACTION
DANS LE GRAND OUEST
DÉPLACEMENT À DINARD POUR ÉVOQUER L'EUROPE ET L'AMITIÉ FRANCO-ALLEMANDE
AU PARLEMENT
EUROPÉEN
L'UNION EUROPÉENNE ET LES LYCÉENS
AU CENTRE


AVEC VOUS, MOBILISONS NOTRE INTELLIGENCE ET NOTRE ÉNERGIE !
DÉPUTÉ
EN ACTION
LE POINT: SIEMENS-ALSTOM : VESTAGER DANS LE COLLIMATEUR DE LA FRANCE !

06/02/2019
JEAN ARTHUIS "IL FAUT QUE L'EUROPE REDÉFINISSE SON MODÈLE"

01/02/2019
LE MARATHON DU BUDGET PLURIANNUEL A COMMENCÉ

14/11/2018
PRESSE
PRESSE
MA CHAÎNE
TV
Complément d'enquête [Bercy et ses hauts salaires]
Europe Hebdo: Gilets et Cinq étoiles
[Débat] rapport annuel 2017 de la BCE
L’Europe, dernière chance pour la France
La France vit depuis quelques années une période de crise, et les Français sont encouragés à considérer l’Europe et sa monnaie unique comme la source de tous leurs maux.
Cette situation révolte Jean Arthuis, bien qu’il en comprenne les causes : l’ineptie d’avoir doté des pays avec des économies aussi disparates que l’Allemagne et la Grèce d’une monnaie unique ; la frénésie d’élargissement qui aggrave le problème année après année.
Mais revenir à une France isolée et sortir de l’euro n’est tout simplement pas envisageable : qu’on le veuille ou non, l’économie s’est mondialisée, et de surcroît, notre énorme dette publique est libellée en euros. Un franc dévalué précipiterait le pays dans l’abîme, n’en déplaise aux irresponsables qui font miroiter cette fausse solution.
Avec sa lucidité et son franc-parler coutumiers, Jean Arthuis affirme que la France ne peut s’en sortir seule. L’Europe est sa dernière chance, à condition qu’elle se requalifie en se réformant elle-même et fasse de la zone euro l’embryon du fédéralisme européen.
Lien commercial : calmann-levy.fr