AGENDA
3ÈME FORUM "EURO-OUEST" : L’EUROPE FACE AU DEFI DES MIGRATIONS

« Que fait l’Europe face aux flux de migrants qui franchissent chaque jour les frontières extérieures de l’Europe ? » Mon troisième « FORUM EURO OUEST », auquel j’ai le plaisir de vous convier, va s’efforcer de répondre à cette question.

L’extrême détresse des migrants tentant de trouver refuge en Europe, traversant la méditerranée au péril de leur vie a réveillé notre conscience. Cimetière marin, 20.000 décès depuis 2000, 3.000 depuis le début de l’année. Le droit d’asile est inscrit dans nos textes fondamentaux, il résulte d’un devoir moral pour les Européens, héritiers de l’humanisme chrétien. La crise était prévisible. Chacun se demande soudainement ce que fait l’Europe. Or l’Europe dans l’état de nos institutions est plus observateur qu’acteur parce que les Etats membres de l’Union européenne, en matière d’immigration, ont tenu à garder leurs prérogatives au plan national.

Il est vrai que l’Union, dans l’urgence, a pris le problème par le petit bout de la lorgnette en proposant aux pays d’accueillir des quotas de réfugiés, laissant à penser que les flux migratoires sont une fatalité. Une fois encore nous traitons les conséquences et non les causes. Nous avons besoin d’une politique globale impliquant la diplomatie, les capacités d’intervention militaire, l’aide au développement, une législation unifiée du droit d’asile, les moyens de renvoyer dans leur pays d’origine les migrants qui ne peuvent prétendre au statut de réfugiés. Autrement dit, nous avons besoin de plus d’Europe, dotée d’un gouvernement digne de ce nom. Individuellement, les Etats membres sont voués à l’échec, donnant en spectacle leur impuissance.
Après la désastreuse intervention américaine de 2003 en Irak, sont intervenus les Printemps Arabes. Le chaos a abouti à la création de Daech, et à la disparition de certains Etats,  la Lybie, ou à des guerres civiles, en Syrie. Reconnaissons que nos interventions militaires désordonnées n’ont été suivies d’aucune action conséquente pour rétablir la paix.  Ce tragique désordre est la cause des migrations vers l’Europe.

J’espère que cette crise va enfin nous aider comprendre que nous ne pouvons reprendre notre destin en main qu’en partageant nos souverainetés. Dans la mondialisation, irréversible, le choix est simple : soit le repli sur soi et la marginalisation, ou un rôle actif dans l’organisation du Monde et le maintien de nos valeurs respectant les droits de l’Homme, la solidarité et la paix.

Il est temps que nous puissions débattre de cette question qui éclaire la situation de notre société, nos forces, nos faiblesses, nos incohérences. Mais aussi nos espoirs et notre confiance. C’est dire si j’espère votre présence à Angers, le 7 novembre.

Programme de la journée:


9h 30 : Accueil

10 h  : Etat des lieux : analyses et perspectives
            Autour de Jean ARTHUIS, nous entendrons
            Enrique CALVET CHAMBON, Député européen (ADLE – Espagne)
            Fabrice LEGGERI, Directeur général de l’agence Frontex
            Jean-Dominique GIULIANI, Président de la Fondation Robert Schuman

11h 30 : Témoignages de réfugiés et d’accueillants

12h     : Echanges avec la salle

13 h    : déjeuner

14 h     : L’Europe face aux crises : retour des frontières ou intégration politique ? Agir sur les causes

15 h 45 : Conclusion : à la lumière de la crise des migrations, repenser l’Europe pour que vive le projet européen !



Pour toutes informations complémentaires et inscription : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.