PRESSE
« POUR UNE EUROPE QUI NOUS PROTÈGE »

Article du Ouest-France paru à l'occasion du 20ième anniversaire du jumelage entre Saint-Florent-le-Vieil et Tihany (Hongrie), célébré le samedi 25 août 2018.

Samedi matin, plus d’une centaine de personnes ont suivi la « rencontre citoyenne » organisée au tout début de ces six jours de jumelage franco-hongrois. Alors, évidemment, tout le monde attendait, avec impatience, l’allocution que Jean Arthuis, député européen et ancien ministre des Finances de Jacques Chirac, a prononcée avant les échanges qui ont suivi, sous forme de table ronde.

Son texte, remis à tous les participants et traduit en Hongrois, est clair sur son adhésion à une Europe de liberté, qui respecte la Charte des droits fondamentaux adoptée en 2000. « C’est sur cette Charte que se fonde la solidarité entre nos territoires », indique-t-il.

Jean Arthuis explique alors que « l’Europe est à la croisée des chemins. Elle reste encore une addition d’égoïsmes nationaux. Or, la mondialisation nous lance des défis que chacun n’est plus en mesure d’assumer seul ». En faisant référence aux domaines de la défense, de la sécurité, de l’économie numérique, des migrations, de la protection des climats, de la lutte contre les paradis fiscaux, de la préservation de l’emploi et des droits sociaux, il a estimé que « seule l’Europe est en mesure de nous protéger. Dans chacun de ces domaines, le repli sur soi est une impasse. Nous ne pouvons nous résigner à ce que la planète soit régulée par les États continents comme les USA, la Chine, la Russie et l’Inde, ou par les multinationales du numérique et de la finance. Notre devoir est bien de construire une Europe qui prépare notre avenir et nous protège ».

Jean Arthuis a terminé son propos en encourageant les citoyens à prendre part au débat de « refondation politique et démocratique de l’Europe ». Il a souligné l’importance d’encourager les jeunes à se déplacer au sein de l’Union, grâce aux possibilités offertes par les bourses Erasmus, les apprentis, comme les étudiants.

« C’est dire le rôle essentiel des jumelages. Rien ne peut remplacer la richesse des liens directs entre les citoyens des villes, des échanges entre élèves, entre membres des associations. Votre rassemblement délivre un formidable message d’optimisme et de confiance, dans la joie et l’amitié. » Une fois son allocution terminée, il a tenu à féliciter les membres français et hongrois de cette session de jumelage.