AU PARLEMENT EUROPÉEN

Accueil


En ce mois de novembre 2014, où se déroulent de nombreuses commémorations de la fin Première Guerre mondiale, je saisis l'opportunité pour ouvrir et vous faire partager la nouvelle rubrique du site internet : "Cultivons notre Europe".


Cette rubrique sera l'occasion pour moi de faire découvrir et partager mon engagement européen.


Lors de mes rencontres, de mes campagnes électorales, de mes discussions privées, j'ai souvent l'occasion de remarquer que le lien entre l'Europe et ses citoyens est ténu. J'ai, en tant qu'homme politique, l'ambition de participer à la consolidation de ce lien. Cependant, j'ai également la modestie de penser que la politique, seule, ne peut participer à ce difficile défi. Cette rubrique sera alors la vitrine de mes goûts, de mes clins d'œil, de mes coups de cœur qui ont fait et qui font de moi un européen convaincu.

De retour d'un weekend dans le Bade-Wurtemberg, j'ai eu l'honneur de participer à une cérémonie du souvenir avec la ville de Murrhardt, jumelée avec Château-Gontier depuis 1966. Lors cette rencontre franco-allemande, je me suis permis d'emprunter à Barbara le refrain de sa magnifique chanson "Göttingen" afin d'exprimer l'émotion qui m'envahissait à cette occasion.

"Que jamais ne revienne, le temps du sang et de la haine, car il y a des gens que j'aime à Murrhardt, à Murrhardt"

Certes ma rime est moins riche que celle de Barbara, mais mon sentiment est sincère. À l'écoute des paroles de cette chanson, on ne peut oublier le parcours de cette chanteuse. Quand en 1964, la ville Göttingen l'invite pour se produire devant un large public, ses souvenirs de jeune fille juive se cachant pour éviter les rafles remontent alors à la surface. Malgré une distance naturelle, Barbara rencontre, lors de ce séjour, les professeurs de la célèbre université Georg-August de Göttingen, où 42 Prix Nobel ont enseigné ou étudié. Elle visite le musée des frères Grimm. Et se rappelle ainsi que les "contes de notre enfance, il était une fois, commencent à Göttingen" et surtout que "les enfants sont les mêmes à Paris comme à Göttingen". À ce moment-là, les idées se bousculent dans sa tête, et en fin de semaine Barbara interpréta cette chanson devenu l'un des hymnes de la réconciliation franco-allemande et qui sera en 2002 inscrite au programme des classes primaires allemandes : "Göttingen".

Je veux partager ce moment avec vous

Jean Arthuis

L’EUROPE EST NOTRE AVENIR

« Les hommes politiques pensent à la prochaine élection quand les hommes d’Etat pensent à la prochaine génération » faisait si justement remarquer l’Italien Alcide de Gasperi au lendemain de la guerre. C’est parce que nous pensons aux générations futures que nous sommes les activateurs de l’Union européenne. Arrêtons de regarder vers le passé, le futur, c’est notre jeunesse, et c’est aujourd’hui ! 

 

L’EUROPE EST NOTRE VOCATION

L'Europe doit mettre des étoiles dans le regard de nos enfants. Elle ne se construit pas contre les nations qui la composent mais préserve l’effectivité de leurs prérogatives de souveraineté. Chassons les peurs et les angoisses qui obscurcissent nos esprits. Chaque Etat membre est un atout pour l’Europe. Saisissons cette chance pour la France. L’avenir est entre nos mains.

L’EUROPE EST NOTRE QUOTIDIEN

Oui, l'Europe reste pour nous la plus belle aventure politique des temps modernes, le seul exemple connu d’une union d’États et de peuples qui n’ait pas été réalisée par la force, mais par le droit. L’attribution à l’Union européenne du Prix Nobel de la Paix est à cet égard la plus belle reconnaissance de l’œuvre accomplie. Il importe désormais de donner à l’Europe les moyens de son ambition.

L'UE vise la solidarité entre les territoires selon leur niv. de développement. Le "juste retour" est la négation de l'esprit communautaire
4 Retweets
10 Favoris
3 Heures
La solidarité budgétaire au sein de #UE, selon @Jean-Luc Mélenchon c'est de récupérer intégralement ce que l'on apporte. A… https://t.co/2bTA8bTWpM
11 Retweets
11 Favoris
4 Heures
RT @Public Sénat: #Senat360 @Jean Arthuis : "L'Europe devient notre nouvel espace de souveraineté. Il faut en tirer des conséquences." https:…
37 Retweets
0 Favoris
10 Heures
DÉPUTÉ
EN ACTION
DANS LE GRAND OUEST
MA VISITE AU SPACE 2017
AU PARLEMENT
EUROPÉEN
UN NOUVEAU SOUFFLE POUR L’EUROPE ET POUR SES AGRICULTEURS
AU CENTRE


INVESTITURE LREM - MAYENNE 2 - MON COMMUNIQUÉ DE PRESSE
DÉPUTÉ
EN ACTION
ILLE-ET-VILAINE. 154 DIRIGEANTS ET ÉLUS BRÉTILLIENS À BRUXELLESS

11/10/2017
CATALOGNE, VERS L'INDÉPENDANCE ?

11/10/2017
"C'EST L'EUROPE QUI NOUS PERMET D'ESPÉRER"

29/09/2017
PRESSE
PRESSE
MA CHAÎNE
TV
L’interview du mois : Jean Arthuis nous explique le budget européen
[EGAlim] "Je souhaite que nous ayons une vraie vision européenne"
Conférence Erasmus de l'apprentissage - Sénat - 3 juillet 2017
L’Europe, dernière chance pour la France
La France vit depuis quelques années une période de crise, et les Français sont encouragés à considérer l’Europe et sa monnaie unique comme la source de tous leurs maux.
Cette situation révolte Jean Arthuis, bien qu’il en comprenne les causes : l’ineptie d’avoir doté des pays avec des économies aussi disparates que l’Allemagne et la Grèce d’une monnaie unique ; la frénésie d’élargissement qui aggrave le problème année après année.
Mais revenir à une France isolée et sortir de l’euro n’est tout simplement pas envisageable : qu’on le veuille ou non, l’économie s’est mondialisée, et de surcroît, notre énorme dette publique est libellée en euros. Un franc dévalué précipiterait le pays dans l’abîme, n’en déplaise aux irresponsables qui font miroiter cette fausse solution.
Avec sa lucidité et son franc-parler coutumiers, Jean Arthuis affirme que la France ne peut s’en sortir seule. L’Europe est sa dernière chance, à condition qu’elle se requalifie en se réformant elle-même et fasse de la zone euro l’embryon du fédéralisme européen.
Lien commercial : calmann-levy.fr