DÉPUTÉ
EN ACTION
AU PARLEMENT EUROPÉEN
FONDS EUROPÉEN DE DÉVELOPPEMENT DURABLE : MON INTERVENTION

Je me réjouis de l'accord sur le fonds européen de développement durable visant à soutenir dans le  long terme le développement économique et social des pays africains et du voisinage oriental, en vue de lutter contre les racines de la crise migratoire que nous connaissons depuis plus de deux ans, notamment les migrations économiques illégales.

Si ce nouveau fonds vient s'ajouter à la galaxie d'instruments gravitant autour du budget européen, j'ose espérer que la Commission, sous le contrôle du Parlement, saura en assurer la cohérence, la transparence et l'efficacité, et saura s'assurer que les institutions financières partenaires servent fidèlement nos règles et nos objectifs politiques, notamment en matière de lutte contre les paradis fiscaux.

Pour que ce fonds soit un succès, il est donc indispensable qu'il s'inscrive dans une vision et une stratégie politique claire. Je compte beaucoup sur la Haute représentante Mme Mogherini, ainsi que sur les Commissaires Hahn et Mimica, pour formuler cette vision et porter cette stratégie.

Il ne suffit pas de se doter d’un instrument supplémentaire. L’heure est arrivée d’exprimer une ambition et de construire un discours qui parle aux citoyens européens.

Permettez-moi d'ailleurs de regretter qu'aucun Membre du collège des Commissaires ne soit venu en commission parlementaire ou en trilogue de négociation afin de défendre ce dossier et l'incarner politiquement. J'espère que ce n'est qu'une omission et que les responsables de l'exécutif européen s'engageront personnellement dans la mise en œuvre du FEDD.

 

Intervention en session plénière du Parlement européen - Strasbourg, le 5 juillet 2017