DÉPUTÉ
EN ACTION
AU PARLEMENT EUROPÉEN
© EHN
COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DE L'EHN SUR LE TOURISME ÉQUESTRE

Le 13 juillet dernier, le Réseau Européen du Cheval (EHN) a rencontré les parlementaires européens pour les sensibiliser sur les nombreux avantages économiques et environnementaux du tourisme équestre, une activité en forte croissance.

En une quarantaine d'années, dans une société où les loisirs ont pris de plus en plus de place dans la vie des Européens, le tourisme équestre s’est fait un nom et est passé d'activité marginale et peu considérée à une pratique de loisir réunissant toutes les générations d’âge. Loin de pérenniser cet état de fait, les professionnels du tourisme équestre restent à la recherche des voies les plus appropriées pour intéresser, retenir le plus grand nombre de cavaliers et attirer un grand public aux valeurs attachées à cette pratique, comme la protection des milieux naturels et le développement de l’économie rurale.

La députée belge, Hilde Vautmans, elle-même cavalière, a introduit les échanges en mentionnant plus particulièrement la première route équestre européenne : la Route d’Artagnan, 4000 km à travers 6 pays, qu’elle entend bien pratiquer.

Frédéric Bouix, Président de la Fédération Internationale du Tourisme Équestre, a fait le constat qu’aujourd’hui cette activité connait une phase de croissance (plus de 6 millions de cavaliers dans l’UE), malgré de nombreux obstacles d’ordre technique et législatif auxquels il s’attache à trouver des solutions. Il porte l’ambition pour demain de créer des itinéraires européens sur le modèle du développement du cyclotourisme. Le développement d’un plan EUROCHEVAL sur le modèle de l’EUROVELO est vivement attendu.

Le tourisme équestre correspond parfaitement aux orientations de la politique européenne du tourisme comme le confirme Valentino Izzo, du service tourisme de Commission européenne. Les axes de travail de la Commission se priorisent sur l’itinérance douce et la valorisation des atouts culturels et touristiques locaux.

Julie Girling, députée européenne auteur du rapport sur la propriété responsable et les soins des équidés, a également apporté son expertise. Lors de cette rencontre, elle a suggéré d’inclure le tourisme équestre dans une charte européenne sur le tourisme afin de coordonner et harmoniser les diplômes des accompagnants et les règles de travail des chevaux « touristiques ».