DÉPUTÉ
EN ACTION
AU PARLEMENT EUROPÉEN
© Bloom
INTERDICTION TOTALE DE LA PÊCHE ÉLECTRIQUE: LA DÉLÉGATION FRANÇAISE SE FÉLICITE DU RÉSULTAT DU VOTE

Ce midi, dans le cadre du vote sur le rapport MATO relatif à la conservation des ressources halieutiques et à la protection des écosystèmes marins par des mesures techniques, le Parlement européen s’est prononcé contre la méthode de pêche dite « pêche électrique ».

Sur cette disposition en particulier et après une forte mobilisation des députés français, notamment des membres de l’ADLE, le résultat est sans appel : 401 voix contre à 240 voix pour.

Ce score reflète bien la détermination des députés européens face à une proposition de la Commission européenne qui était bien trop permissive. Autorisant partiellement cette pratique elle remettait en cause la durabilité même de toute forme de pêche en prenant le risque d’une extinction totale des diverses espèces.

En déplacement à Dunkerque la semaine dernière, Dominique RIQUET, fortement investi sur le sujet, rappelait aux pêcheurs que "contrairement à l’agriculture, la pêche n'est pas un domaine où l'on peut récolter ce que l'on sème, c'est un métier où l'on est dépendant de la ressource. L'utilisation d'outils toujours plus performants n'est pas sans risque pour le renouvellement des populations et conduirait inexorablement à mettre en danger toute la filière pêche".

Ce vote était une étape importante mais le processus législatif ne s’arrête pas là. Nous avons voté le mandat pour démarrer très rapidement les négociations entre le Parlement européen et le Conseil afin d'aboutir à l'interdiction effective. Nous comptons sur la position ferme et sans ambiguïté du Gouvernement français pour soutenir le Parlement européen dans cette prochaine manche.