DÉPUTÉ
EN ACTION
AU PARLEMENT EUROPÉEN
© Farm Europe
QUELLE PLACE POUR LA PAC DANS L’EUROPE DE DEMAIN ?

Dans le cadre du Salon de l’Agriculture, TV AGRI, Groupama et Farm Europe animent une série de débat sur « quelle ambition pour la PAC 2020 ». Vous pouvez retrouver les débats sur le site évènement Ambition PAC 2020 avec nos invités Jean ARTHUIS, Député européen ; Jean-Yves DAGES, Président de Groupama ; Arnaud ROUSSEAU, Président d’Avril et Luc VERNET, Farm Europe.

L’Union européenne est à la croisée des chemins.

Après s’être efforcée d’éviter le Brexit sans succès – avec, notamment, le slogan « big on big things, small on small things » et la volonté d’une Commission européenne plus « politique » – l’Europe est désormais concentrée sur une double priorité : organiser une sortie ordonnée du Royaume-Uni et relancer le projet européen autour d’une nouvelle dynamique fédératrice.

Le compte à rebours est lancé.

Au 29 mars 2019, l’Union ne devrait compter plus que 27 membres, contre 28 aujourd’hui. Le départ du Royaume-Uni sera alors effectif. Sauf échec des négociations UE/UK, une phase de transition mènera à une nouvelle relation avec les Britanniques. Un bon accord est crucial pour le secteur agro-alimentaire européen qui exporte massivement Outre-Atlantique – quelque 35 milliards d’euros par an !

Quelques semaines plus tard, en mai 2019, se tiendront les élections européennes. Elle sonneront le début d’un processus d’au moins 6 mois de renouvellement des institutions communautaires – le Parlement européen, puis la Commission européenne. Ces échéances pèseront lourdement dès 2018 sur l’agenda européen.

Malgré tout, la Commission européenne a indiqué qu’elle entendait faire de 2018 une année utile, en mettant sur la table non seulement une proposition de budget pour la période 2021-2028 comme elle est tenue de le faire, mais, en plus, un projet de réforme de la Politique agricole commune.

Etant donné le niveau inédit d’incertitude, tant sur le plan politique, économique et institutionnel, la période qui s’ouvre est donc forte de turbulences pour le projet européen, et en particulier pour les agriculteurs qui vivent l’Europe au quotidien à travers la PAC. Ils sont exposés d’une part à l’incertitude quant à un débouché majeur – le Royaume-Uni – et d’autre part aux tensions liées à la renégociation simultanée du budget européen et de la PAC.

Face à la montée de l’eurosceptiscime, la tentation de moins d’Europe, de davantage de flexibilité ou de subsidiarité se fait jour. Un affaiblissement de la dimension commune de la PAC ferait courir le risque d’une fragmentation du marché communautaire, de distorsions de concurrence, en particulier en matière de normes environnementales, et, à terme, de renationalisation de certaines décisions clefs associées à la PAC.

Les prochains mois seront donc décisifs pour définir les contours de la nouvelle Europe qui émerge, et au sein de cette nouvelle Europe, la place des « politiques traditionnelles » que sont la Politique Agricole Commune et la Politique de cohésion.

Décisifs pour répondre à la question : quelle ambition pour la PAC 2020 ?