AU PARLEMENT EUROPÉEN

Accueil


Mes chers collègues,

Nous voterons demain notre propre vision sur le budget 2018. En ma qualité de Président de la commission des Budgets, je tiens à rendre hommage tout particulièrement au travail excellent de nos rapporteurs, Siegfried Mureşan et Richard Ashworth. Je soutiens les deux axes majeurs que notre Rapporteur Général a souhaité donner à ce budget : la croissance et l'emploi, notamment la formation professionnelle des jeunes, d'un côté, la sécurité et les flux migratoires de l'autre.

Je souligne en particulier les compléments de dotations nécessaires dans des programmes particulièrement performants comme Horizon 2020 et Erasmus+, ainsi que dans des agences qui montent en puissance dans le domaine de l'asile, du contrôle des frontières extérieures et de la coopération policière. Erasmus+ dont on a célébré avec éclat le 30ème anniversaire, génère des frustrations puisque plus d’une demande sur deux est écartée faute de crédits.

Les paramètres de la négociation qui s’annonce sont assez simples : pas de révision du cadre financier, pas d’arriérés de paiements.

Mais rien n’est joué, et si nous voulons conclure la conciliation en novembre, je conseille vivement à la présidence de s’émanciper des éternelles contradictions internes au Conseil, entre le rigorisme à courte vue des contributeurs nets et les intérêts acquis des pays bénéficiaires, entre les coupes sombres dans les programmes d’avenir et la sous-utilisation des crédits de cohésion (nous allons rendre 10 milliards d’euros en cette fin d’année 2017). Contradiction entre les grandes déclarations du Conseil européen et les faiblesses de la solidarité européenne sur le terrain.

N’oublions pas que ce budget, du fait du Brexit, sera peut-être le dernier financé par les 28 États membres sur 12 mois. C’est dire combien il est urgent de convenir du futur que nous entendons donner à l’Europe. Quel budget pour quelle Europe?

À ce stade de la procédure budgétaire, nous restons confiants. Nous sommes impatients de voter des budgets donnant à l’Union les moyens de préparer notre avenir et de nous protéger. Des budgets parlant aux Européens, des budgets démontrant à l’opinion publique l’effectivité de la valeur ajoutée européenne.

 

Intervention en séance plénière du Parlement européen - Strasbourg le 24 octobre 2017

L’EUROPE EST NOTRE AVENIR

« Les hommes politiques pensent à la prochaine élection quand les hommes d’Etat pensent à la prochaine génération » faisait si justement remarquer l’Italien Alcide de Gasperi au lendemain de la guerre. C’est parce que nous pensons aux générations futures que nous sommes les activateurs de l’Union européenne. Arrêtons de regarder vers le passé, le futur, c’est notre jeunesse, et c’est aujourd’hui ! 

 

L’EUROPE EST NOTRE VOCATION

L'Europe doit mettre des étoiles dans le regard de nos enfants. Elle ne se construit pas contre les nations qui la composent mais préserve l’effectivité de leurs prérogatives de souveraineté. Chassons les peurs et les angoisses qui obscurcissent nos esprits. Chaque Etat membre est un atout pour l’Europe. Saisissons cette chance pour la France. L’avenir est entre nos mains.

L’EUROPE EST NOTRE QUOTIDIEN

Oui, l'Europe reste pour nous la plus belle aventure politique des temps modernes, le seul exemple connu d’une union d’États et de peuples qui n’ait pas été réalisée par la force, mais par le droit. L’attribution à l’Union européenne du Prix Nobel de la Paix est à cet égard la plus belle reconnaissance de l’œuvre accomplie. Il importe désormais de donner à l’Europe les moyens de son ambition.

RT @Nathan Maurel: "L'Europe est encore aujourd'hui une addition d'égoïsmes nationaux. Nous avons une marge de progression considérable." L…
8 Retweets
0 Favoris
6 Heures
RT @KTOTV: ⏰@Jean Arthuis est l'invité de #FaceAuxChretiens Le député européen #LaREM répondra à @bernard gorce @Laurent de Boissieu de @La Croix, A…
7 Retweets
0 Favoris
14 Heures
@La Sybille du chemin @Bob le Centriste Mesurez vos mots. La théorie du complot est intolérable tant elle est grave, elle met en péril la République.
2 Retweets
10 Favoris
1 jour
DÉPUTÉ
EN ACTION
DANS LE GRAND OUEST
DÉPLACEMENT À DINARD POUR ÉVOQUER L'EUROPE ET L'AMITIÉ FRANCO-ALLEMANDE
AU PARLEMENT
EUROPÉEN
OSONS UNE EUROPE «PUISSANCE MONDIALE»
AU CENTRE


AVEC VOUS, MOBILISONS NOTRE INTELLIGENCE ET NOTRE ÉNERGIE !
DÉPUTÉ
EN ACTION
LE MARATHON DU BUDGET PLURIANNUEL A COMMENCÉ

14/11/2018
AFIN DE SAUVER LES COURSES HIPPIQUES, L'ETAT DOIT DEVENIR ACTIONNAIRE MAJORITAIRE DU PMU

09/11/2018
« SAUMUR, LE CLAIREFONTAINE DE L'ÉQUITATION »

09/11/2018
PRESSE
PRESSE
MA CHAÎNE
TV
[Plénière] Débat sur le budget 2019
Passage au salon du Cheval d'Angers
#BrexitDeal
L’Europe, dernière chance pour la France
La France vit depuis quelques années une période de crise, et les Français sont encouragés à considérer l’Europe et sa monnaie unique comme la source de tous leurs maux.
Cette situation révolte Jean Arthuis, bien qu’il en comprenne les causes : l’ineptie d’avoir doté des pays avec des économies aussi disparates que l’Allemagne et la Grèce d’une monnaie unique ; la frénésie d’élargissement qui aggrave le problème année après année.
Mais revenir à une France isolée et sortir de l’euro n’est tout simplement pas envisageable : qu’on le veuille ou non, l’économie s’est mondialisée, et de surcroît, notre énorme dette publique est libellée en euros. Un franc dévalué précipiterait le pays dans l’abîme, n’en déplaise aux irresponsables qui font miroiter cette fausse solution.
Avec sa lucidité et son franc-parler coutumiers, Jean Arthuis affirme que la France ne peut s’en sortir seule. L’Europe est sa dernière chance, à condition qu’elle se requalifie en se réformant elle-même et fasse de la zone euro l’embryon du fédéralisme européen.
Lien commercial : calmann-levy.fr