AU PARLEMENT EUROPÉEN

Accueil


Le Groupe Cheval (MEP Horse Group) du Parlement européen animé par Jean Arthuis s’est réuni le 7 novembre au Parlement européen à Bruxelles pour discuter de l’impact du Brexit sur la filière équine.

Dans le cadre du groupe d’amitié « Cheval », Jean Arthuis et Hilde Vautmans, députés européens, ont souhaité réunir, au Parlement européen, des professionnels de la filière équine autour de deux thématiques : l’innovation dans le sport équestre et le commerce du Cheval en Europe. À cette occasion, Jean Arthuis a rappelé devant les membres de l’EHN, (European Horse Network), des parlementaires français et européens, des attachés agricoles et des responsables de la Commission européenne, l'excellence du secteur équin européen tout en mettant en lumière les contraintes et les incertitudes qui menacent la filière notamment liées au Brexit.

Alix Choppin, Directrice marketing d’Arqana, a parfaitement souligné l'importance des ventes de chevaux en Europe et les contraintes juridiques et économiques qui pèsent sur cette activité : écarts de TVA, problèmes de garanties de ventes... Abondant dans ce sens, Fredrick Federley, député européen suédois, a souligné son engagement dans la rédaction de la future directive européenne sur les ventes aux consommateurs. Au Parlement européen, il a souhaité exclure les animaux vivants de ce texte et prévoir des règles adaptées pour ne pas obérer le commerce des équidés en Europe.

James Murphy, éleveur de chevaux irlandais et Président du groupe de travail sur les chevaux au COPA, organisme représentant les intérêts de l'agriculture européenne, a profité de ce temps d’échange pour lister les questions de l’industrie équine notamment sur le commerce et l'emploi et les futurs enjeux budgétaires de la Politique Agricole Commune.

Paul-Marie Gadot, vétérinaire en chef de France-Galop et représentant les autorités hippiques Internationales, a relaté l'importance de l'accord Tripartite (TPA) facilitant le déplacement des chevaux de courses et de sport dans le cadre leurs activités (vente, reproduction et compétitions) entre le Royaume-Uni, l'Irlande et la France. L'accord a été essentiel pour dynamiser, ces dernières années, l'industrie équine au sein de ces trois pays à forte culture « cheval ».

Dans le contexte du Brexit, Tom Tynan, membre du cabinet du Commissaire à l’agriculture, Phil Hogan, ne peut pas encore apporter des réponses concrètes mais a voulu rassurer l’auditoire de cette 2ème conférence européenne de la filière équine, sur la mobilisation de la Commission européenne en faveur du maintien de l’accord TPA dans le cadre du Brexit. En avant-première, il a profité de sa présence pour esquisser, devant les participants, les contours de la future communication de la Commission européenne sur la PAC post 2020, qui sera publiée le 29 novembre prochain.

Hilde Vautmans, hôte de la conférence, a souhaité mettre en avant, lors de sa table-ronde, les innovations qui dynamisent le sport équestre européen. La députée européenne belge a souligné les valeurs d'intégration, de bénévolat et éducatif du sport équestre qui évolue régulièrement grâce à l’esprit innovants de ses acteurs.

Frédéric Bouix, Directeur général de la Fédération Française de l’Équitation et Président de la Fédération du tourisme équestre qui avait déjà présenté aux parlementaires européens, en juillet dernier, la route d’Artagnan première route équestre européenne, est revenu sur les détails de la mobilité des chevaux en Europe. Grâce un cas pratique tel l'accord qui régit la mobilité équestre entre le Benelux et la France, il a démontré les bienfaits de ce cadre et appelé de ses vœux son élargissement à d’autres pays européens comme l’Allemagne et l’Italie. Harald Muller, Directeur de l'éducation et des normes à la Fédération Équestre Internationale, a expliqué l’approche de son organisation en faveur des propriétaires de centres d’entrainement et des organisateurs d'événements pour les soutenir à la bonne construction, l'entretien des surfaces de leurs structures ainsi que la nécessite de  réduire l’impact sur l’environnement. Bert Prouvé, cavalier professionnel belge, et Christophe Ameeuw, CEO d'EEM World, ont montré qu’avec professionnalisme et passion, des activités et des événements équestres peuvent attirer un large public et de nouveaux passionnés. Ils ont été soutenus dans leur propos par Boy-Adrian van Gelderen, étudiant à la Young Riders Academy et jeune cavalier prometteur, qui a apporté son témoignage sur ce concept éducatif qui a pour objectif de former  les champions de demain.

Pour conclure, Jean Arthuis a donné au  groupe d’amitié « Cheval » du Parlement européen et à l’EHN l’objectif de rédiger l’inventaire des obstacles (fiscaux, administratifs, sanitaires...) qui perturbent la mobilité des équidés en Europe. Les résultats de cet inventaire seront dévoilés lors de la prochaine réunion de l’EHN au Parlement européen.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le Groupe Cheval à travers plusieurs rencontres dans l’année souhaite accroître la visibilité des succès du secteur (élevage, courses hippiques, compétitions équestres) et montrer l'impact économique et social significatif à l'échelle d'une région, d'un pays et de l'Europe. Les parlementaires impliqués entendent véhiculer des messages positifs et rester vigilant lors de l’adoption de réglementations pénalisantes pour ce secteur économique d’intérêt.

7 millions de chevaux en Europe et plus de la moitié impliquée dans un sport. L'Europe compte des millions de cavaliers de loisirs et le sport se développe pour tous les âges. Plus de 20 000 événements sportifs sont organisés chaque année en Europe. Plus d’informations sur EHN : www.europeanhorsenetwork.eu

Membres du Réseau Européen du Cheval : Structures nationales et européennes en lien avec le cheval (élevage, Sport, courses, paris, éducation, tourisme, santé, bien-être animal) - CBC – Confédération Belge du cheval, EFTBA- European Federation of Thoroughbred Breeders Associations , FEI - International Equestrian Federation, EEF - European Equestrian Federation, EPMA - European Pari Mutuel Association , Hippolia - Pole Filiere Equine (Normandie), FEIF – Icelandic Horses, WBFSH – World federation of Sport horses Breeders, HNS - Swedish Horse Council Foundation, EMHF – European, Mediterranean Federation of Horseracing Authorities, UET - European Trotting Union, WHW - World Horse Welfare, FECTU – European Draught Horse Federation, FNRS – Equestrian Centers in Netherlands, GESCA - French equine professionals, ETF – European Trainers Federation, FITE – Equestrian Tourism, BETA - British Equestrian Trade Association, EEN - Equestrian Educational Network, ESSA- European State Studs Association, FEEVA - Federation of European Equine Veterinary, IFCE - French Institute for equestrian sport, Hippolis -  The National Equine Competence Association

L’EUROPE EST NOTRE AVENIR

« Les hommes politiques pensent à la prochaine élection quand les hommes d’Etat pensent à la prochaine génération » faisait si justement remarquer l’Italien Alcide de Gasperi au lendemain de la guerre. C’est parce que nous pensons aux générations futures que nous sommes les activateurs de l’Union européenne. Arrêtons de regarder vers le passé, le futur, c’est notre jeunesse, et c’est aujourd’hui ! 

 

L’EUROPE EST NOTRE VOCATION

L'Europe doit mettre des étoiles dans le regard de nos enfants. Elle ne se construit pas contre les nations qui la composent mais préserve l’effectivité de leurs prérogatives de souveraineté. Chassons les peurs et les angoisses qui obscurcissent nos esprits. Chaque Etat membre est un atout pour l’Europe. Saisissons cette chance pour la France. L’avenir est entre nos mains.

L’EUROPE EST NOTRE QUOTIDIEN

Oui, l'Europe reste pour nous la plus belle aventure politique des temps modernes, le seul exemple connu d’une union d’États et de peuples qui n’ait pas été réalisée par la force, mais par le droit. L’attribution à l’Union européenne du Prix Nobel de la Paix est à cet égard la plus belle reconnaissance de l’œuvre accomplie. Il importe désormais de donner à l’Europe les moyens de son ambition.

@Alliance Centriste Procédé expliquant ma rupture avec @Philippe Folliot . Photo publiée le 25 septembre alors que j’ai décid… https://t.co/DTGHvuhZzC
0 Retweets
1 Favoris
2 Heures
Les chevaux « de petite taille » peuvent être guides d’aveugles et remplacer les chiens. Usage en vigueur aux 🇺🇸 de… https://t.co/rAqcAUyEO1
25 Retweets
44 Favoris
8 Heures
Avec tristesse, je quitte l' @Alliance Centriste dénaturée par @Philippe Folliot et ses proches. J'entends m'investir au sein… https://t.co/kejbIzTwwq
235 Retweets
418 Favoris
1 jour
DÉPUTÉ
EN ACTION
DANS LE GRAND OUEST
« IL N’EXISTE PAS D’ALTERNATIVE À L’EUROPE »
AU PARLEMENT
EUROPÉEN
L’ÉTÉ DE TOUS LES ESPOIRS POUR L’EUROPE
AU CENTRE


MES VOEUX AUX ADHÉRENTS DE L'ALLIANCE CENTRISTE
DÉPUTÉ
EN ACTION
« POUR UNE EUROPE QUI NOUS PROTÈGE »

28/08/2018
JE COSIGNE L'APPEL DU MEF: METTONS PLUS D’EUROPE DANS LA CONSTITUTION

18/07/2018
JEAN ARTHUIS DÉCRYPTE LE PILIER EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX

31/05/2018
PRESSE
PRESSE
MA CHAÎNE
TV
Jean Arthuis: mon intervention sur le projet de budget général 2019
Jean Arthuis invité d'On Va Plus Loin (04.09.2018)
Horse Intergroup: rencontre avec Chevalait, un producteur de lait frais de jument
L’Europe, dernière chance pour la France
La France vit depuis quelques années une période de crise, et les Français sont encouragés à considérer l’Europe et sa monnaie unique comme la source de tous leurs maux.
Cette situation révolte Jean Arthuis, bien qu’il en comprenne les causes : l’ineptie d’avoir doté des pays avec des économies aussi disparates que l’Allemagne et la Grèce d’une monnaie unique ; la frénésie d’élargissement qui aggrave le problème année après année.
Mais revenir à une France isolée et sortir de l’euro n’est tout simplement pas envisageable : qu’on le veuille ou non, l’économie s’est mondialisée, et de surcroît, notre énorme dette publique est libellée en euros. Un franc dévalué précipiterait le pays dans l’abîme, n’en déplaise aux irresponsables qui font miroiter cette fausse solution.
Avec sa lucidité et son franc-parler coutumiers, Jean Arthuis affirme que la France ne peut s’en sortir seule. L’Europe est sa dernière chance, à condition qu’elle se requalifie en se réformant elle-même et fasse de la zone euro l’embryon du fédéralisme européen.
Lien commercial : calmann-levy.fr